Marc Biancarelli, orphelin de Dieu

Comment ne pas songer, lorsqu’on évoque l’oeuvre de Marco Biancarelli, à la célèbre acception de Georg Lukács dans La Théorie du roman faisant de ce dernier « l’épopée d’un monde sans dieux »? Comment ne pas y songer, en effet, alors que Marc-Antoine Cianfarani, le héros d’un monde rural en pleine décomposition, répond aux errements littéraires de Marco, le héros de 51 Pegasi, dix ans plus tard, dans une Corse devenue une fiction pour touristes; comment ne pas revenir à ce thème de la maturité, si présent dans les écrits de jeunesse de Georg Lukács, si présent dans ce qui constitue la perte des idéaux que le gros oeuvre de Marco Biancarelli, depuis la publication de Prisonniers jusqu’à celle d’Orphelins de Dieu, ne cesse d’explorer, d’affirmer, d’inscrire dans la littérature corse contemporaine?

Publicités

Programme

Voici le programme du séminaire étudiant « Franchir la frontière littéraire », qui intègre les événements organisés par le département « Littérature et langages » de l’École Normale Supérieure, « Arts et langages » de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, « Littératures françaises et comparées » de l’Université Paris-Sorbonne, pour l’année 2016-2017.